Justine Debono, créatrice de Aéle Paris

Justine Debono, créatrice de Aéle Paris

Publié par Noémie Pauquet le

QUI ES-TU ?

Je m’appelle Justine et je suis la fondatrice de Aéle Paris.

 

COMMENT T’EST VENUE L’IDÉE D’ENTREPRENDRE ET DE CRÉER AÉLE PARIS ?

Je porte des chapeaux depuis un événement assez triste : mon père a eu un cancer, il y a déjà une dizaine d’années, voire plus. Le fait de le voir perdre ses cheveux m’a donné envie de cacher les miens, et en portant des chapeaux, je me sentais protégée. Heureusement, il a guéri, et finalement, j’ai continué à porter ces accessoires que je trouve à la fois pratiques et élégants. Le chapeau est vraiment un boost de confiance pour moi. Ensuite, j’ai suivi mon parcours : j’ai fait des études de mode, puis des études de gestion et de stratégie. Après plusieurs expériences professionnelles dans l’industrie textile, dans la mode, et dans l’entrepreneuriat, j’ai eu envie, naturellement, de passer de l’autre côté du miroir et de tenter cette aventure en lançant ma propre marque de chapeaux, Aéle Paris, qui est aujourd’hui une marque de chapeaux haut de gamme, personnalisables et durables. C’est un mariage subtil entre deux arts que j’affectionne : la chapellerie et la broderie.

 

QU’EST-CE QUI T’INSPIRE AUJOURD'HUI ?

J’essaie autant que possible de ne pas marquer mes créations par des périodes artistiques ou des choses déjà faites. Aujourd’hui, ce qui m’inspire, c’est plutôt l’instinct. Je puise mon inspiration dans les petites choses du quotidien qui me font sourire, notamment pour mes broches brodées comme le Cerf. J’avais cette idée d’un animal qui représente la grâce, la force, etc. Dans ces métiers d’artisanat, c’est beaucoup une question d’instinct. Il faut tester des associations de couleurs, de chapeaux, de rubans, de feutres… Et après tout cela, c’est réinterpréter par mes ateliers, c’est ainsi que l’on crée un produit. Je ne pars jamais d’un élément déjà existant, ou j’essaie de ne pas m’inspirer ainsi. J’expérimente plusieurs fois, et si ça marche, tant mieux, sinon tant pis. Il y a des modèles où je pensais que ce serait superbe, puis finalement, en testant, on n’a pas trouvé les associations de couleurs qui rendaient justice aux dessins, aux designs, alors on a abandonné. J’essaie de ne pas partir avec des idées trop préconçues, car dans l’artisanat, dans les produits faits à la main, cela peut vraiment varier d’un artisan à l’autre, d’un brodeur à l’autre, il faut alors tester. Je m’inspire de choses qui me font sourire et qui feront sourire les gens.

 

TA PIÈCE COUP DE COEUR ?

Ce n'est pas une pièce, c'est un trio. Notre concept, c'est la personnalisation des produits, le fait de personnaliser son couvre-chef comme on en a envie. En ce moment, mon association préférée est le Feddie noir avec le ruban Tradie bleu et la broche brodée Barnabie. Nous sommes dans les tons de bleu, et j’aime car cela s'adapte à la fois à des looks très professionnels si on le porte avec un costume gris ou un pull bleu, mais cela fonctionne aussi avec une petite robe noire ou une tenue décontractée. De plus, le scarabée est un petit porte-bonheur, c'est agréable d'avoir ce symbole sur soi.  

 

TES PROJETS À VENIR POUR AÉLE PARIS ?

Deux drops : un pour le printemps et un pour l’été, qui servent de collection. Ce que j'appelle un drop, ce sont des mini-collections, avec des tout nouveaux produits que nous n'avons jamais sortis, comme notamment la paille et les headbands. La première collection sera très printanière, très romantique, tandis que l'autre sera plus électrique, parfaite pour l’été.

Il y a aussi une collaboration pour Pâques avec une autre maison d’artisanat, la Maison Hadrien Chocolatier, spécialisée dans le chocolat.

  

UNE ANECDOTE RIGOLOTE DE TA VIE D’ENTREPRENEUSE ?

On rentrait de vacances cet été avec mon conjoint. Nous sommes arrivés à Paris vers 14 h et mon transporteur m’appelle, me disant qu’il a 500 kilos de packaging qui arrivent pour nous. Étant fatigués après nos vacances, nous avons dû monter ces 500 kilos de marchandise. À cette époque, je n’avais pas de local, donc mon espace de travail chez moi était rempli de cartons, et pendant une semaine, nous devions vivre avec ça. En 3 jours, j’ai trouvé un local, c’était vraiment un coup de chance !

 

UN MANTRA QUI TE GUIDE ?

Une citation de Benjamin Franklin : « Beaucoup de chemins mènent à la réussite, mais un seul mène immanquablement à l'échec, celui qui consiste à tenter de plaire à tout le monde. » Dans mes moments de doute, parce qu’il y en a, cette phrase me rappelle que je ne peux pas plaire à tout le monde et c’est OK. Ma marque est conçue pour que les femmes puissent célébrer leur individualité en composant des créations qui leur correspondent. C’est quelque chose que j’essaie d'appliquer dans ma vie personnelle et à travers mes créations d'Aéle Paris : rester toujours moi-même, et si cela ne plaît pas à tout le monde, tant pis.

 

TES BONNES ADRESSES PARISIENNES ?

Il y a une adresse pour les gourmands et les gourmandes, c’est le Fou de Pâtisserie rue Montorgueil. C’est une pâtisserie qui propose les créations des plus grands chefs parisiens. Souvent, la carte change et on y trouve des pâtisseries de Cédric Grolet, de Pâtisserie des Rêves, etc. Ce qui est intéressant, c’est qu’ils proposent dans leur boutique des pâtisseries de grands chefs, ce qui permet de goûter leurs créations. Si vous avez de la chance de tomber sur la tarte à la pistache de la pâtisserie Jardin Sucré, c’est vraiment un régal !

 

Pour une deuxième adresse, il y a un speakeasy dans le Marais appelé Sherry Butt, qui propose une très belle sélection de cocktails. C’est un cadre un peu intimiste, sympa pour un rendez-vous galant ou avec une amie.

 

Retrouvez la marque AÉLE PARIS sur leur e-shop https://aeleparis.com/

← Article précédent Article suivant →

News

RSS
Valentine Hotton, créatrice de Waste Paris

Valentine Hotton, créatrice de Waste Paris

Par Noémie Pauquet

Rencontre avec une créatrice pleine d'ambition, Valentine, qui a fondé la marque Waste Paris. Une marque de prêt à porter androgyne qui cherche à révolutionner l'industrie...

Plus
LA PRESSE EN PARLE - ELLE

LA PRESSE EN PARLE - ELLE

Par Noémie Pauquet

"La modeuse Noémie Pauquet repère des marques sur Instagram et leur offre la possibilité d'exposer au Point Physique, la grande boutique qu'elle a ouverte du...

Plus